P1010744

Article 9 : Accord toltèque 1 : parole impeccable

P1010744Que ma parole soit impeccable – Article 2

Pas si facile, n’est-ce pas ? Je vous propose quelques conseils.

Alors premièrement PATIENCE. Vous avez mis des années à intérioriser vos accords, ils ne vont pas s’échapper comme par magie. Cela demande volonté et persévérance. Petits exercices de réflexion. Suite à vos questions j’ai pris le temps (une heure offerte aujourd’hui !) de vous proposer 7 pistes de travail.

La maîtrise de la transformation est un processus de « désapprentissage » rappelle Don Miguel Ruiz. « De la même façon que vous avez appris en passant des accords qui dirigent votre vie, vous désapprendrez en brisant ces accords. Ce savoir cesse alors d’être dans votre tête. [] Le parasite n’y est plus. »

1) Avez-vous pu observer votre parole ?

Si oui et bien bravo, la majorité des personnes n’ont pas conscience lorsqu’elles parlent Peut-être que vous avez pu modifier déjà vos anciens accords et améliorer votre parole juste. Soyez fiers de ce progrès.

2) Observez la parole des autres

Pour prendre du recul et prendre conscience de l’impact des paroles, il est plus facile de commencer à observer la parole des autres. Pour ma part, j’utilise un conte « Les fées » qui me permet de visualiser une image mentale à chaque parole prononcée par l’autre.

http://clpav.fr/lecture-fees.htm (pour lire le conte)

http://www.academie-en-ligne.fr/Ressources/4/FR61/AL4FR61TEWB0111-Sequence-02.pdf (séquence toute prête pour les enseignants)

Lorsqu’une personne dit des paroles méprisantes, des jugements, des ragots, des rumeurs, des plaintes… je vois sortir de sa bouche des crapauds, des serpents, du poison. Lorsqu’un contraire, je ressens bienveillance, compassion et amour je visualise des perles fines et des diamants.

A force de la pratiquer, cela se fait tout seul et vous pourrez rapidement faire un pas de côté si c’est du poison dont vous ne voulez pas.

3) Observez votre corps, vos sensations et pensées pendant un échange :

Quand vous avez entendu des paroles non impeccables, observez votre corps. Quelles sensations ressentez-vous ? Observez vos pensées ?

Quand le dialogue est juste et intègre, votre corps est détendu, les pensées centrées sur ce qui se dit (pas en train de prévoir la réponse sans écouter l’autre ou de commenter dans votre tête).

4) Mesurez l’impact du poison :

Dans le cas de mépris ou de ragot entendus sur une personne, observez comment vous accueillez cette personne ensuite. Avez-vous des a priori, des jugements… Est-ce que cela suscite des émotions négatives, des ruminations, un mal-être ? Prenez juste conscience qu’ils ne sont pas la réalité mais seulement la réalité de celui ou celle qui vous a parlé de cette personne. C’est son point de vue, cette personne est bien plus que cela. Vous n’êtes pas obligé de croire ses dires, gardez votre libre arbitre.

5) Refusez le poison :

Lorsque je sens que je vais recevoir du poison, je dis tout simplement STOP.

Et j’exprime que je ne désire pas tenir ces propos. Je le dis simplement, sans colère et avec respect. Bien-sûr cela surprend. Mais je n’en fais pas une affaire personnelle (accord 2). Il appartient à l’autre de prendre conscience ou pas, de se vexer ou pas.

En refusant cet échange, je fais le choix de me respecter et de respecter la personne ou la situation dont l’autre veut se décharger. Souvent je me dis : « je ne suis pas une poubelle dans laquelle l’autre peut tout déverser pour se soulager sans prendre en compte la charge émotionnelle qu’il va introduire en moi. »

Nul n’est obligé de recevoir ce qui n’est pas sain. Si les propos de la personne en face de vous sont haineux, grossiers, méprisants sortez rapidement de la conversation.

Et là ce n’est pas de la fuite (réaction émotionnelle liée à la peur) mais une prise de conscience et un choix intègre. Ce qui est important c’est de le poser :

exemples : « j’entends ta souffrance mais la personne dont tu me parles n’étant pas présente, je préfère de pas parler d’elle. »

« Cette situation est difficile de ton point de vue, je n’ai pas le même ressenti et j’aimerais conserver intacte ma vision de l’ensemble… »

« J’ai pris conscience de l’importance des paroles et du poison qu’elles peuvent laisser dans nos esprits et j’ai fait le choix de ne pas cultiver cela. Ce pourquoi je ne souhaite pas poursuivre notre conversation sur ce mode… »

6) Faites du tri dans vos relations :

A la question : mais du coup je vais me retrouver seul(e) et perdre mes amis s’ils continuent de médire ?

D’abord, il est important de se demander pourquoi mes amis sont dans ce type de communication. Certainement qu’ils correspondaient à ma façon de fonctionner auparavant. Quelle est ma définition de l’amitié ?

Si ce sont de vrais amis, je pense que cela est un beau cadeau de poser cette réflexion et d’exprimer avec douceur et bienveillance ses besoins de parole la plus juste possible, ouverte, spontanée, aimante… L’amitié c’est partager son chemin.

En leur expliquant que cela influe sur notre bien-être, notre santé mentale et notre évolution, cela peut les intéresser.

Souvent ces personnes ne pensent pas faire mal et n’ont pas conscience de nuire à elles-mêmes et aux autres, c’est une habitude de paroles, une façon de se sentir important, aimé… Les éveiller sur ce sujet est un signe d’amitié.

Peut-être que certains ne sont pas prêts à entendre. J’ai perdu des « amis » en route, c’est aussi un choix. Ce que je sais c’est que j’en ai gagné beaucoup et que j’ai la chance aujourd’hui d’être entourée de sincérité, de joie, de vérité et d’amour et c’est juste délicieux.

Nos amis sont à notre image, en évoluant nous permettons à l’autre d’évoluer aussi et il nous renvoie son cheminement et nous évoluons encore. C’est le cycle du partage vrai.

7) Servez d’exemple :

Nous ne sommes jamais mieux servis que par nous-mêmes. En donnant l’exemple d’une parole impeccable (n’oubliez pas aussi la parole non verbale : gestes, mimiques, grimaces), en ravalant la phrase médisante ou envieuse sur le voisin qu’on caserait bien entre la salade et le fromage, le commentaire piquant sur un membre de la famille ou la dernière rumeur du bureau sur qui couche avec qui… et bien je coupe la boucle infernale, je respire, je prends conscience de mon choix de jeter cela aux ordures et de ne pas faire des autres ma poubelle. Et là je peux parler de musique, de voyages, de cinéma, de valeurs, d’éducation, de la Vie, de l’amour, de l’amitié, du jeu, des loisirs, de spiritualité… il y a tant de sujets qui font grandir.

Et à la longue, les gens que nous croisons, sachant que nous n’allons pas devenir réceptacles à poison, trouveront une autre personne pour le déverser jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne pour le recevoir (j’aime rêver !).

Beau dimanche à tous, je vous envoie toute la joie qui m’habite. La semaine prochaine, un nouveau stage enfant intérieur avec de belles émotions à vivre.

Corinne

Pour lire ou relire l’article n°1 sur ce sujet : accord toltèque parole impeccable :

http://corinnedollon.com/les-accords-tolteques-article-1/

ps: vous pouvez à nouveau mettre un commentaire sur les anciens articles. C’est réparé.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*